Santa-bary ou Prémice du riz dans l'Alaotra

like tweet plusone

Le "Santa-bary" ou prémices du riz est une cérémonie traditionnelle qui est célébrée un peu partout à Madagascar. Cependant, c'est dans la région d'Alaotra-Mangoro où elle prend le plus d'importance, puisque cette région a pour grande mission historique d'être le grenier à riz de Madagascar. En effet, le riz tient une très grande place dans le quotidien des habitants de la région, essentiellement des Sihanaka ou des Betsimisaraka. Car le cycle de vie des paysans et cultivateurs de riz malgaches est rythmé par les saisons de récolte. Durant le long processus de maturation des riz, les paysans s’appauvrissent jusqu'à connaitre même la famine pour certaines familles. Le début de la moisson est alors synonyme de richesse et d'abondance.  

Il est ainsi important de remercier Dieu et les ancêtres d'avoir permis cette nouvelle période de moisson. Il ne faut pas oublier qu'avant la saison des récoltes (chez les Sihanaka plus particulièrement), on a demandé aux ancêtres de permettre une bonne saison de pluie (garante d'une bonne saison de récolte) à travers une autre cérémonie, le Joro orana

Riz

La Riz tient une place très importante dans la vie des Malgaches

Il fait aussi partie de la tradition d'offrir les prémices de riz aux souverains lors du Santa-bary. Dans certaines régions, les Ray aman-dreny (les aïeux et autres personnes âgées du village) peuvent aussi y avoir droit. De nos jours, les prémisses sont offerts dans certaines régions à des personnalités politiques. Dans d'autres culture, les prémisses sont accompagnés d'autres offrandes. Chez les Merina par exemple, durant l'époque des rois et des reines, les prémices font parties des 7 principaux produits significatifs: rayon de miel, lait, riz blanc, anguille, pintades, cailles et écrevisses. 

Le Santa-bary et le festin familial

Mais le Santa-bary peut aussi être une petite fête familiale. Il s'agit alors de rassembler les parents, les enfants et les petits-enfants, même ceux qui vivent généralement plus loin, et de leur offrir un festin destiné à fêter les premières récoltes. Il est alors de tradition de préparer 7 plats (et pas n'importe lesquels) à des quantités exagérées pour que toute l'année soit aussi abondante. De nos jours, la plupart des familles de paysans ne gaspillent plus autant. En effet, il manque parfois l'argent nécessaire pour réaliser de telles folies, mais la tradition est tout de même respectée, celle qui consiste à réunir la famille autour un petit festin pou fêter la première récolte. 

Revue de Presse