Les douze collines sacrées de l'Imerina

Ambohimanga

Ambohimanga, le point de départ de l'extension du Royaume de l'Imerina

Au temps du Royaume de l’Imerina, on pouvait distinguer 12 collines sacrées, dont chacune abrite en théorie un village principal, et plus particulièrement des tombeaux d’anciens souverains des lieux. On y rencontrait aussi un arbre sacré (figuier principalement), des hady ou des longues et larges trachées pour protéger le village et de lourdes portes de pierre, utiles surtout en temps de guerre.

D’un point de vue culturel, en ses lieux se perpétue le culte des ancêtres selon la religion traditionnelle malgache. On peut y rencontrer notamment des Doany, des lieux destinés à la pratique de ces cultes. D’ailleurs, même de nos jours, certains Malgaches viennent sur ces lieux pour demander la bénédiction des ancêtres, et formuler des demandes précises (argent, amour, meilleure situation professionnelle, chance …).

Les douze collines sacrées, plus qu’une énumération

 Si on demande d’énumérer aujourd’hui les collines sacrées de l’Imerina, il en existe en réalité plus que douze. En réalité, le concept de « douze collines sacrées » est bien plus qu’une simple énumération. C’est un stratagème essentiellement politique qu’a établi le Roi pour contrôler et avoir une emprise sur un royaume trop vaste, où plusieurs maisons « Andriana » et « Hova » en même temps veulent revendiquer un certain pouvoir.

C’était du temps du Roi Andriamasinavalona que le concept des douze collines a été instauré. Ce fut dans le but de symboliser l’unité Merina que le Roi se maria avec douze épouses issues de ces collines sacrées. Le Roi Andrianampoinimerina adoptait le même stratagème pour sceller la réunification de l’Imerina que son ancêtre Andriamasinavalona a divisé en quatre. Cependant, avec des besoins et des situations bien différents, la liste des douze collines sacrées des deux Rois est différente.

Les douze collines du temps d’Andrianampoimerina

like tweet plusone

Du temps d’Andrianampoinimerina, les régions de l’Imerina étaient encore le théâtre de guerre et de conflits, résultant de la division instaurée du temps d’Andriamasinavalona. Lorsque le Roi Andrianampoinimerina a entrepris de réunifier l’Imerina, ses voisins étaient ses premières cibles. Afin de sceller l’unification de l’Imerina, le Roi avait épousé douze femmes issues de villages rivaux, et les plaçait à la tête des douze collines. C’est ainsi qu’il assurait son emprise sur l’ensemble du territoire de l’Imerina, avant d’entreprendre l’unification de l’île, utilisant entre autres ce même stratagème.

Au temps du Roi Andrianampoinimerina, les douze collines sont : Analamanga, Ambohimanga, Ilafy, Ambohidratrimo, Antsahadinta, Alasora, Ambohimalaza, Ampandrana, Antongona, Ambohimanambola, Ambohitrabiby et Kaloy

La liste des collines sacrées de l’Imerina (au total plus de trente)

Manjakamiadana

Manjakamiadana, la plus importantes des 12 collines sacrées

 Analamanga et le Rova de Manjakamiadana

Le Roi Andrianampoinimerina a choisi le plus haut des douze collines entourant l’Imerina pour y installer une garnison de mille soldats, et y faire construire son palais, à Manjakamiadana (Analamanga). Manjakamiadana s’élève à plus de 1430 mètres d’attitude, et abrite le Palais de la Reine (construit bien plus tard).

 Ambohimanga

Ambohimanga ou "la colline bleue" a été le point de départ de la réunification du Royaume de l’Imerina, lieu où régnait Andrianampoinimerina. L’enceinte du Palais est entourée par une grande faussée, et est accessible grâce à sept portails. Ambohimanga est aussi classée patrimoine mondial de l’UNESCO. On y retrouve entre autres le tombeau d’Andriambelomasina, grand-père d’Andrianampoinimerina.

 Ambohitrankanga ou Ilafy

Ilafy, Ambohitrakanga ou "la colline des pintades" est située à l’Est d’Antananarivo. La colline abrite entre autres le tombeau du Roi Radama II, un secret bien gardé du temps de la monarchie du fait que ce Roi a été assassiné par ses entourages. Ilafy fut aussi le fief et lieu de retrait d’Andrianjafy, le roi déchu, fils d’Andriambelomasina.

 Ambohidratrimo

Situé à 15 km au Nord de la ville d’Antananarivo, Ambohidratrimo a été la capitale du royaume du Marovatana. Ambohidratrimo abrite encore aujourd’hui une case royale. L’épouse du Roi Andrianampoinimerina qui y résidait se nommait Rambolamasoandro (fils de Ratrimo qui a donné son nom à la colline sacrée), mère du prince héritier Laidama qui sera le Roi Radama I. Cette colline est surtout connue pour son alignement de 3 tombes royales coiffées d’un tranomafana, où est exhumé notamment Ramorabe, un des ancêtres du Roi Andrianampoinimerina. Le 26 aout 2015, les trois tranomanara ont été ravagés par un incendie.

Alasora

Tombeau d'Andriamanelo, Roi d'Alasora, père de Ralambo

 Antsahadinta

La colline sacrée d’Antahadinta se trouve dans le Sud-Ouest d’Antananarivo. Le site abrite encore aujourd’hui une case royale en madriers, puis des tombes royales surmontées d’un tranomafana. Andriamboatsimarofy fut le dernier Roi d’Antsahadinta, qui a réussi à conquérir Antananarivo, avant l’arrivée d’Andrianampoinimerina.

 Alasora

Se trouvant au Sud-Est d’Analamanga, Alasora est considéré comme le berceau de la dynastie Merina. Rafohy et Rangita y sont nés, ainsi qu’Andriamanelo et Ralambo, ces souverains étant à l’origine de la création de l’Imerina. Le Roi Andrianampoinimerina y a installé son épouse Ramanantenasoa, qui fut ensuite exilée à Kaloy. Andriamanelo est enseveli à Alasora.

 Ambohimalaza

Fief du prince Andriantompokoindrindra et de ses descendants, la colline sacrée d’Ambohimalaza est située à l’Est d’Antananarivo. Ce fut le lieu de célébration du fandroana ou bain royal. Ambohimalaza fait partie des rares localités malgaches où les tombeaux sont tous construits au même endroit, dans une enceinte close. Ce fut aussi à Ambohimalaza que le concept de tranomasina ou tranomanara est né. Le palais « tranomanara » du tombeau d’Andriantompokoindrindra a été incendié en Janvier 2017 avant d’être reconstruit.

Ampandrana

La colline d’Ampandrana est différente des autres collines sacrées, puisqu'elle est le fief de la royauté Hova et des tombeaux des premiers rois de cette classe sociale. La colline d’Ampandrana est située au Sud d’Antananarivo. Elle fut aussi le domaine d’un Roi Vazimba, Andriampandrana ou Rafandrana, qui fut à l’origine du nom du Palais de justice d’Ambatondrafandrana (qui signifie littéralement « sur la pierre de Rafandrana »). Notez que le Roi Andriamanelo a conquis l’Imerina, plus tard, grâce à son mariage avec la princesse Rasalodimanga, descendante d’Andriampandrana et d’une autre branche puissante Merina, les Andriandranando.

Antongona

Antongona, avec une vue imprenable sur Antananarivo

 Antongona

La colline d’Antongona se trouve à l’Ouest de la capitale. Difficile d’accès, Antongona fait partie des lieux sacrés de l’histoire des Merina les plus préservés de nos jours. Antongona fait partie de la liste des patrimoines mondiaux de l’UNESCO.

 Ambohimanambola

Ambohimanambola ou "la colline aux trésors" abritait ceux du Roi Andrianampoinimerina, mais aussi son fétiche Kelimalaza, la reine de ses douze idoles. Cette dernière est enfermée dans un coffret qui renfermait d’innombrables bijoux et autres trésors.

 Ambohitrabiby

C’est à Ambohitrabiby, terres de son beau-père Rabiby, où le Roi Ralambo a choisi de s’installer, une fois devenu Roi. Il y est aussi enseveli. Notez que Ralambo est reconnu comme le véritable père de la dynastie Merina, qui fut aussi le premier à encourager la consommation de la viande de zébu chez son peuple. L’épouse du Roi qui y résidait se nommait Rasendrasoa. Son tombeau fait encore partie des curiosités de cette région.

Kaloy

La colline de Kaloy est connue pour être le lieu de naissance de deux Rois importants pour les Merina, qui sont Ralambo et Andrianampoinimerina. Ce fut aussi le fief du Prince Andriamiaramanjaka, père d’Andrianampoimerina qui a pris comme épouse la princesse Ranavalonandriambelomasina, sœur d’Andriambelomasina. Ralainanahary, fils d’Andrianampoinimerina et de Rabodo y résidait aussi.

Ambohidrontsy ou Ambohitrontsy

La colline d’Ambohidrontsy a été le lieu de naissance d’Andriambelomasina de sa mère Rangorimena, présumée sœur d’Andriatsimitoviaminandriana, oncle d’Andriambelomasina, grand-père d’Andrianampoinimerina. Une pierre sacrée élevée par Andrianampoinimerina et une petite résidence royale furent les seuls emblèmes qui existaient à Ambohitrontsy.

Imerimanjaka

Située non loin de la colline d’Alasora, la colline d’Imerimanjaka ou d’Ambohijanaka est le lieu où les dépouilles de Rafohy et Rangita sont ensevelies. Cependant, on ne peut y voir les tombeaux de ces reines. Les légendes racontent qu’elles sont ensevelies dans des pirogues en argent enterrées dans les marécages pour qu’elles apportent de la fertilité aux champs et aux terres. Toutefoi, un petit mystère subsiste puisqu'un tombeau porte bien le nom de Rafohy à Imerimanjaka. 

Ambohiniazy

L'îlot sacré d'Ambohiniazy, au bord du lac Itasy

Namehana

Andrianampoinimerina fit installer à Namehana l’une de ses épouses, la Reine Rabodo. Aujourd’hui encore, ces lieux abritent le tombeau de cette Reine et de ses descendants, dont Andrianambolanambo, le fils d’Andrianampoinimerina, et Rasoaerimanjaka et Ramomba (celle qui n’avait pas eu d’enfants), ses filles.

Ambohiniary ou Ambohiniazy

Ambohiniazy est réellement un ilot surmonté d’une petite colline dans la région d’Ampefy, au bord du lac Itasy. Ce fut fief d’Andriambahoaka, premier roi unificateur de l’Imamo. Ambohiniazy est le premier des douze collines sacrées de l’Imamo.

Ambohitrondrana

En Itasy, fief d’Andriamary, roi de l’ImamoAmbohitrondrana fait partie des douze collines sacrées de l’Imamo. Andriamary, le Roi qui a cédé son royaume à Andrianampoinimerina après une « vision », est l’un de ces descendants. L’alliance fut scellée lorsque Radama I épousa Ramoma et Ravao, filles d’Andriamary, et Ratefinanahary, son fils, épousa Raboosahondra, fille d’Andrianampoinimerina.

Amboatany

Amboatany est située non loin d’Ambohimanga. Imboasalama qui deviendra plus tard Andrianampoinimerina a grandi à Amboatany. Ce lieu fit toujours un allié de choix d’Ambohimanga pendant les différentes guerres pour le contrôle de la région, et surtout lorsque Andrianjafy, fils d’Andriambelomasina a voulu tuer Andrianampoinimerina à la mort de son père. Andriambelomasina y est enterré.

Imerimandroso

Imerimandroso fut le fief d’Andrianamboamanjaka, frère du seigneur d’Amboatany Andriamaheri­tsialaintany. Ce fut une colline avant-gardiste et une position stratégique pour Andrianampoinimerina, qui lui donna son nom Imerimandroso, ou « Imerina qui avance » vers l’Ouest.

Ambohitrasina

La colline d’Ambohitrasina fut la résidence de Rabodonimerina, épouse principale ou « vadibe » d’Andrianampoinimerina avec qui il n’a pas eu d’enfants. Cependant, cette dernière a adopté Rabodolahy, considéré par le Roi comme son propre fils et successeur éventuel. Ce dernier complotait cependant contre le trône lorsqu’Ilaidama (futur Radama I) fut pressenti comme le successeur d’Andrianampoinimerina. Il sera mis à mort avec sa mère. Cette dernière est ensevelie à Namehana.

Ambonivohitra

Le Palais d'Andriamanjakatokana, à côté du FJKM Ambonivohitra

Ambonivohitra Ambohitrimanjaka

La colline d’Ambohitrimanjaka fut la résidence de Ramisavola, épouse d’Andrianampoinimerina. Ce fut à l’origine le fief des réfugiés politiques provenant d’Antananarivo, les « Efa-dray efa-dreny » (Quatre pères et quatre mères). Les lieux abritaient encore un palais « Tranovola » et des tombeaux, ravagés cependant dans un incendie le 18 aout 2015.  

Ambohipoloalina

La colline d’Ambohipoloalina fut la résidence de Ramiangaly, 7e épouse d’Andrianampoinimerina. Ambohipoloalina est situé au Nord d’Antananarivo, non loin de l‘Aéroport d’Ivato (10 km environ à vol d’oiseau). La colline culmine à 1852 m d’altitude.

 Tsiafahy ou Andohanambo

La colline d’Andohanambo à Tsiafahy fut la résidence de Rasamoma, épouse d’Andrianampoinimerina. Sur les hauteurs, on retrouve notamment le tombeau de l’Andriana Ranavalonarivo qui a régné sur ces terres.

Ambohijoky

Ambohijoky est la plus haute colline de tous, en réalité plus haute qu’Antananarivo. En effet, elle culmine à 1519 m. La colline d’Ambohijoky fut la résidence de Rafotsirabodo ou Rabodonizimirahalahy, l’ainée des épouses d’Andrianampoinimerina. Étymologiquement, Ambohijoky signifie « la colline de l’aînée ». Autrefois, cette colline se nommait en effet Analamasina.

Maison d'enfance Ranavalona III

Maison d'enfance de la reine Ranavalona III à Manjakazafy

Fenoarivo

La colline de Fenoarivo fut la résidence de Ravaonimerina, épouse d’Andrianampoinimerina. L’histoire précise cependant que deux autres épouses, Ravolamisa et Razafitrimo y ont aussi résidé.

Androhibe

Situé non loin d'Antahadinta et de Fenoarivo, la colline sacrée d’Androhibe fait partie d’Ambodirano, l’une des 4 subdivisions de l’Imerina du temps d’Andriamasinavalona.

Manjakazafy

Élevé au rang de colline sacrée bien plus tard, Manjakazafy est le lieu de naissance de la princesse Razafindrahety, qui régna sur le trône du royaume de Madagascar, plus tard sous le nom de Ranavalona III.

Iharanandriana

La colline sacrée d’Iharanandriana se trouve à l’entrée du Vakinankaratra et un poste avancé et lieu de villégiature pour la conquête du Sud par les Rois Merina. Le sommet du massif de Iharanandriana (ou le casque de Behenjy, devenu une destination touristique de choix, surtout pour les randonneurs, qui culmine à 1680 m permet une vue sur 180° du paysage alentour. La Reine Ramanjaka (reine de Tsinjoarivo) y régnait du temps de Ranavalona I

Ambohitromby

La colline d'Ambohitromby ou Ambohitrombihavana fut la propriété d'Andrianamboninolona, fils d'AndriamananintanyAndrianamboninolona arrivait à Ambohitromby après avoir fui Alasora, suite à l'assassinat de son père par Andriamanelo, son propre frêre. 

Babay

Culminant à 1425 d'altitude, la colline de Babay se trouve au Nord de l'Imerina. Babay fut surtout le témoignage de l'étendue du royaume Sakalava, puisqu'il fut le domaine du Roi Ralay Babay, provenant des Sakalava. Babay a été conquis par Andrianampoinimerina au début des années 1600. 

Revue de Presse