Le marché du Zoma

Le marché du Zoma fut le plus grand marché à ciel ouvert du monde, qui ne se tenait que les vendredis. Il s'étalait sur un peu moins d'un kilomètre à Analakely, principalement sur l'Avenue de l'Indépendance et des ruelles aux alentours. Il fut supprimé en 1997 pour des raisons d'insalubrités. en raison de l'insalubrités.   

L'origine du marché et du nom Zoma

Marché du Zoma

Le Marché du Zoma, le plus grand marché à ciel ouvert du monde

En malgache, le mot Zoma signifie "vendredi". Il vient directement du fait que ce marché ne se tenait que les vendredis. Le reste de la semaine, la place d'Analakely est attribuée à la circulation des automobiles et des gens. Ce fut le Roi Andrianampionimerina qui a instauré les dates des marchés dans son royaume. Le lundi pour Imerimandroso, le mardi pour Ivolonondry, le mercredi pour Namehana, le jeudi au sud d’Ambohimanga, le vendredi dans le quartier de Fiadanana sur le versant Est de la colline d'Anatirova, le samedi à Ambato, et le dimanche à llanifasana. Pour le Roi, il n'agissait pas seulement de créer un lieu d'échange. C'était aussi le lieu où la population se rencontrait pour discuter, pour faire des rencontres, pour nouer des alliances commerciales, pour se partager des nouvelles... mais aussi pour y rencontrer le Roi et les membres de sa famille. 

Le marché de Tananarive fut le plus important puisqu'il était un haut lieu de rencontre entre tous les sujets du royaume, et ces derniers affluaient dans la capitale tous les vendredis. Andrianampoinimerina a baptisé ces lieux Anjoma en rapport avec ce jour. De la même manière, les quartiers où se tenait le marché prenaient automatiquement le nom du jour de la semaine qui leur est associé. Ainsi, Talatan'Ivolonondry ou le mardi d'Ivolonondry et Sabotsy Namehana ou le samedi de Namhana (la date de mercredi était changée en samedi grâce à son ampleur grandissante) sont restés. 

Le marché de Fiadanana a plus tard pris de l'ampleur, si bien que les lieux ne convenaient plus. Ce marché a changé de place plusieurs fois durant deux siècles, en passant par exemple par la Place d'Andohalo ou le jardin d'Antaninarenina, avant de se fixer à Analakely durant l'administration coloniale, durant les années 1930. 

Le plus grand marché à ciel ouvert du monde

like tweet plusone

Le marché du Zoma a été reconnu comme le plus grand marché à ciel ouvert du monde. Dans les années 90, il s'étalait sur un peu moins d'un kilomètre en partant de la Gare Soarano vers Andohananalakely (mot malgache qui signifie la tête d'Analakely), en passant par les ruelles directement associées. Vue d'en haut, toute cette partie de la ville était couverte par les fameux parapluies blancs de fabrication artisanale, pour se protéger du soleil et éventuellement de la pluie les jours où le temps n'était pas clément. Les acheteurs sillonnent les étroites allées laissées par les stands des vendeurs à la recherche de vêtements, d'articles artisanaux, d'aliments... Les touristes profitaient des jours de marché pour faire le plein des articles souvenirs. Parce que le jour de marché, les choix se multiplient et les prix sont réduits, loi de l'offre et de la demande oblige. Bien sûr, ceci est l'image du marché à la fin du XXe siècle. Car avant, c'étaient plutôt les volailles, les bœufs, les légumes et les fruits qui dominaient le marché, côtoyé par les charrues et les pousse-pousse, plus tard remplacés par les fameux Citroën 3CV et les Peugeot 404 bâchés.  

Avenue de l'Indépendance

L'Avenue de l'Indépendance, son visage actuel

La suppression du marché en 1997

La Mairie a décidé de supprimer le marché d'Analakely, au grand étonnement d'une grande partie des habitants de la ville. Car une autre partie des habitants, le marché était devenu trop anarchique, où dominait insalubrité, insécurité et ruralisation. En effet, dans ces dernières années, le marché du Zoma a vu grimper le nombre des pickpockets. Le fait que les allées étaient devenues trop étroites et le nombre de passants grandissaient favorisaient grandement cette activité malsaine. Puis le jour du marché, et même le jeudi lorsque les marchands commençaient à étaler leurs produits, il était impossible de circuler en ville. En effet, Analakely constitue cœur principal de la circulation de la ville d'Antananarivo, et celle-ci devenait impossible lorsqu'on il devenait interdit de circulation, dès la nuit tombée le jeudi. 

Revue de Presse