Le Chevalier aboyeur (Tringa nebularia) 

Source: Wikipedia
Greenshank (Tringa nebularia).jpg
Summer plumage
Tringa nebularia - Laem Phak Bia.jpg
Winter plumage
Conservation status

Least Concern (IUCN 3.1)
Scientific classification
Kingdom: Animalia
Phylum: Chordata
Class: Aves
Order: Charadriiformes
Family: Scolopacidae
Genus: Tringa
Species:
T. nebularia
Binomial name
Tringa nebularia
(Gunnerus, 1767)
TringaNebulariaIUCNver2018 2.png
Range of T. nebularia     Breeding      Non-breeding      Passage      Vagrant (seasonality uncertain)
Synonyms
  • Scolopax glottis Linnaeus, 1758
  • Tringa littorea Linnaeus, 1758

Le Chevalier aboyeur Tringa nebularia est un oiseau partiellement migrateur qu'on retrouve sur tous les continents. A Madagascar, comme dans tout l'hémisphères Sud, les chevaliers aboyeurs ne migrent pas. 

Le Chevalier aboyeur est l'un des plus grand des chevaliers, ou du genre Tringa.  

Caractéristiques

Le Chevalier aboyeur est un petit oiseau limicole de 30 à 35 cm, d'environ 200 à 250 g, qui se reconnait surtout par un long bec aigu. En vol, l'envergure peut atteindre jusqu'à 60 cm. La partie supérieure du plumage est d'une nuance de gris cendré, striés. La partie inférieure est blanche. Le dessous des ailes est plus claire par rapport à la partie supérieure. en hiver, la coloration de l'animal s'éclaircit sur l'ensemble du corps. On remarque aussi une tache blanche sur le croupion qui se termine en triangle plus loin. 

like tweet plusone

Généralement solitaire sauf en période de reproduction, le Chevalier aboyeur fréquente principalement les zones humides, les mangroves, les plages, les marais, les récifs coralliens, les plans d'eau douce... Il se nourrit de crustacés, de mollusques, de vers ou d'insectes, qu'il repère en marchant doucement dans les eaux peu profondes et qu'il attrape grâce à son bec pointu 

Le genre Tringa

Le genre Tringa regroupe treize espèces, dont trois fréquentent les zones humides de Madagascar : le Chevalier aboyeur Tringa nebularia, le Chevalier stagnatile Tringa stagnatilis et le Chevalier sylvain Tringa glareola. 

 

Revue de Presse