Le Genre Trachylepis

Le genre Trachylepis est un genre qui a été longtemps confondu avec le genre Mabuyia, avant d'être séparé. Le genre Trachylepis appartient au sous-ordre des Scincomorpha, de la famille des Scincidae, et la sous-famille des Lygosominae ou Mabuyinae. Ce sont des animaux reconnaissables par trois ou plus, légères carènes longitudinales sur leurs écailles dorsales.

Liste des espèces

Le genre Trachylepis comporte plusieurs espèces réparties à travers le monde, principalement en Afrique, mais seuls 15 espèces sont présents à Madagascar, presque tous endémiques :

  • Le Trachylepis gravenhorstii, ou Euprepes gravenhorstii qui est sûrement l'espèce du genre, la plus répandue à Madagascar, sauf dans le grand Nord. Sa zone de répartition est virtuellement délimitée au Nord par un tracé en forme de "V" reliant la ville d'Ambanja à  l'Ouest, la réserve d'Anjanaharibe-Sud, et la ville de Sambava, à l'Est. 
  • Le Trachylepis boettgeri, ou Mabuya boettgeri qui vît sur les haut plateaux, sur une zone délimitée par la réserve d'Anjozorobe au Nord, et Kalambatritra au Sud. Il est aussi très abondant au sein du parc national d'Andringitra
  • Le Trachylepis aureopunctata, ou Euprepes aureo-punctatus, Gold-spotted Mabuya en anglais, qu'on rencontre sur l'ensemble des territoires Sud-Ouest de l'île, et présent dans plusieurs parcs et réserves, dont à Bemaraha et dans l'Isalo. Sa zone de répartition est délimitée au coin Nord-Ouest par la ville de Belo-sur-Tsiribihina, au coin Nord-Est par la ville de Fandriana, et au coin Sud-Est par la réserve d'Andohahela
  • Le Trachylepis madagascariensis, Euprepis madagascariensis ou Mabuya madagascariensis, qui vit sur les hauts plateaux dans les environs d'Ambatolampy, et notamment au sein du parc national d'Andringitra
  • Le Trachylepis elegans, ou Euprepes elegans, qu'on rencontre sur la partie Ouest de Madagascar, mais aussi dans le Nord et dans le Sud. 
  • Le Trachylepis comorensis ou Euprepes comorensis, qui est la seule espèce non endémique de la liste, originaire de l'archipel des Comores. Elle a été introduite sur l'île Nosy Tanikely
  • Le Trachylepis dumasi ou Mabuya dumasi, qui n'existe que dans deux endroits, dans les environs de Morondava et Belo-sur-Tsiribihina, présent notamment au sein de la réserve d'Andranomena, puis sur une petite zone située au Nord de Tuléar. Il bénéficie d'une protection prarticulière au sein des parcs de Bemaraha, et de Zombitse Vohibasia
  • like tweet plusone
  • Le Trachylepis lavarambo, Euprepis lavarambo ou Mabuya lavarambo, un nom qui signifie "avec une longue queue", endémique de l'île de Nosy-be, et visible au sein du parc national Lokobe
  • Le Trachylepis nancycutuae ou Mabuya nancycoutuae, endémique du parc national de l'Isalo
  • Le Trachylepis tandrefana, Euprepis tandrefana ou Mabuya tandrefana un nom qui signifie "de l'Ouest", qu'on rencontre seulement dans les environs de la réserve de Bemaraha, et dans les environs de Namoroka. 
  • Le Trachylepis tavaratra, Mabuya tavaratra ou Euprepis tavaratra, espèce classé menacé. Le mot "tavaratra" signifie " qui vient du Nord", qu'on rencontre uniquement dans le Nord, notamment au sein des réserves de la Montagne d'Ambre, de l'Ankarana et Analamerana
Trachylepis tandrefana

Le Trachylepis Tandrefana
  • Le Trachylepis betsileana, Euprepis betsileana ou Mabuya betsileana, sur qui plane un doute énorme. En effet, on ne sait pas si l'espèce existe encore ou si elle est éteinte. En tout cas, le "betsileana" vient du mot betsileo, le nom d'un groupe ethnique du Sud des hauts plateaux. 
  • Le Trachylepis vato, Euprepis vato ou Mabuya vato, qu'on retrouve dans le Sud de Madagascar, mais aussi sur les hauts plateaux, du côté de l'Isalo. Le mot "vato" signifie en malgache "pierre". 
  • Le Trachylepis vezo, Euprepis vezo ou Mabuya vezo, qui correspond aussi à un groupe ethnique, et qui vît sur une petite territoire du Sud-Ouest, en terres "vezo, dans les environs d'une ville qui s'appelle Tongobory, à l'Est de Tuléar
  • Le Trachylepis volamenaloha, ou Mabuya volamenaloha, un mot malgache qui signifie "une tête en or", ou "couleur d'or", qu'on rencontre à Bemaraha.

Revue de Presse