Betsileo

shape1

Les « Betsileo » font partie des 18 ethnies officielles de Madagascar. Le Pays Betsileo est situé dans la partie Sud des terres centrales de Madagascar (partie en jaune sur l'image). La capitale Betsileo est Fianarantsoa. L’origine du mot « Betsileo » signifie « Nombreux et invincibles ».

Le pays « Betsileo » est caractérisé par l’inexistence d’un royaume uni depuis presque toujours, mais plusieurs royaumes qui se sont alliés pour contrer les tentatives de dominations de la part d'autres royaumes comme les Sakalava, les Antandroy, les Merina... On parle alors plus d’armée Betsileo (nombreux et inveincibles) plutôt que de royaume Betsileo. A l’origine, les Betsileo se nommait les « Andriambohitsombilahy » ou « Ambihitsomby » qui signifient « ceux des montagnes qui possèdent de nombreux zébus ». En effet, les Betsileo sont de grands éleveurs de zébus. Les Betsileo sont aussi connus comme les meilleurs cultivateurs de riz de Madagascar. 

Origine et histoire

Les premiers habitants du pays Betsileo sont les « Vazimba ». Dans les environs des -300 av J.C., les côtes malgaches ont enregistré des migrations successives de peuples nomades d’origine austronésienne sur la côte Ouest. Deux groupes se sont alors formés. Les premiers, les « Vezo » se sont installés sur la côte et vivaient essentiellement de la pêche, tandis que les seconds, les « Vazimba » se sont enfoncés à l’intérieur des terres et vivaient de cueillettes, de chasse, et plus tard de l’agriculture. D’après les spécialistes, le mot « Vazimba » est d’origine austronésienne et signifie « ceux de la forêt » par opposition à « Vezo » qui signifie « ceux de la côte ».

like tweet plusone

Bien plus tard, de nouveaux immigrants toujours d’origine austronésienne, mais rejoints par des Persans, des Arabes, des Africains, des Orientaux et des Européens, ont débarqués sur la côte Est (principalement) de Madagascar. Ces derniers, étant plus évolués d’un point de vue technologique, mode de vie, armement… ont aussi amené de nouvelles pensées politiques, qui ont conduit à la création des royaumes. En terres Betsileo, les récits anciens racontent que ces nouveaux arrivants ont vaincu et chassé les Vazimba. Cependant, l’histoire n’est pas formelle là-dessus. En effet, une autre théorie précise que les Vazimba se sont mêlés aux nouveaux arrivants, vu que de toute manière, les deux peuples avaient les mêmes origines. A titre de comparaison, la même problématique se pose pour le royaume Merina, mais les historiens se penchent surtout vers la seconde théorie, vu surtout les attachements qu’avaient les anciens aux traditions aux fady, aux coutumes… liés aux Vazimba. Bien entendu, plusieurs Vazimba ont surement dû évacuer leurs habitats ou ont seulement décidé de s’installer ailleurs, mais aucune preuve n’indique qu’ils furent tous chassés, que ce soit chez les Merina ou chez les Betsileo.

Majunga

Les hauteurs de Fianarantsoa, capitale Betsileo.

L’histoire des Betsileo commence dans les années 1460, quand de fortes vagues de migrations provenant de l’Est finissent par chasser les Vazimba. Durant des siècles, le pays est divisé en plusieurs principautés dirigées par les descendants de Ravelonandro, une princesse venue du pays Antaimoro. Au XVIe siècle, le royaume de Manandriana dirigé par le Roi Andriantara Ier et aura une mainmise sur l’ensemble du territoire Betsileo. Les historiens s’accordent à dire que le royaume de Manandriana sera ensuite à l’origine des différents royaumes Betsileo. Les récits anciens parlent notamment de 6 grands royaumes :

  • Le Royaume du Fisakana au Nord, fondé par le Roi Ratrimo, fils du Roi de Manandriana Andriamitanosy et issu de la lignée royale des Anteony (Antaimoro), le Roi Andriamitanosy.
  • Le Royaume d’Ambositra au Nord, fondé par Mpanalina, second fils d’Andriamitanosy
  • Le Royaume de l’Isandra à l’Ouest, fondé au XVIIIe siècle par un certain Ralambovitaony, qui est à l’origine de plusieurs royaumes, dont le royaume Sakalava. C’était vers 1750 que le royaume de l’Isandra était le plus puissant d’un point de vue économique, sous le règne du Roi Andriamanalina I.
  • Le Royaume de Lalangila à l’Est, fondé par un certain Rahasamanarivo, qui s’est installé à Fianarantsoa
  • Le Royaume d’Arindrano au Sud dans la région actuelle d’Ambalavao
  • Le Royaume de Vohibato au Sud, issu de celui d’Arindrano

Culture

Pendant de nombreux siècle, il existait une hiérarchie sociale au niveau du royaume Betsileo : Les « Hova » ou les nobles, propriétaires de tous les zébus ; les « Andehova » ou ceux qui sont aux services des nobles ; les « Olom-potsy » ou les hommes libres ou simples citoyens et les « Andevo » ou esclaves. On ne dénombre pas moins de 78 clans d’Olom-potsy. Ce qui fut très important puisque chaque clan avait ses propres coutumes et ses propres fady, et il était interdit de se marier avec des olom-potsy d’autres clans, une pratique qui se retrouvait un peu partout chez d’autres ethnies.

Avant l’arrivée du christianisme, les Betsileo pratiquaient la religion traditionnelle malgache, basée sur le culte des ancêtres. La société est alors balisée par les fady et les esprits des ancêtres qu’on évoquait lors des évènements de la vie quotidienne.

Les anciens villages Betsileo étaient tous (pour la plupart) érigés au sommet des collines, du fait de nombreuses guerres et rivalités entre principautés, pour mieux ainsi se protéger. On les appelle les « vala ». Mais au fil du temps, ces derniers seront abandonnés, les Betsileo décidèrent de s’installer aux abords des rivières. Durant la colonisation, une loi interdisait d’habiter dans des villages constitués d’au moins 15 toits, une politique qui permettait de mieux contrôler la population.

Meubles Zafimaniry

Des meubles Zafimaniry, les meilleurs sculpteurs de Madagascar

Partout à Madagascar, le « Famadihana » où le retournement des morts tient une grande place. Mais cette tradition est d’autant plus importante chez les Betsileo et la plupart des ethnies du Sud. Les spécialistes évoquent qu’une famille Betsileo reçoit et participe au moins à une dizaine de « famadihana » chaque année.

Comme manifestation culturelle, le festival « Lagnona » est le plus important du royaume Betsileo. Le but de la manifestation est la mise en avant de la culture Betsileo, avec des « kabary », des « tolon’omby », des tournois de « fanorona »… au programme, sans oublier les chants et les danses au rythme des « valiha » et des « kabosy ».

Notez aussi que les Betsileo, notamment les habitants des environs d’Ambositra sont réputés pour leur savoir-faire dans l’art de la sculpture. Partout sur le territoire, vous trouverez des ateliers et des magasins qui exposent des tableaux sculptés, des meubles, des petits objets de décorations… Mais les plus populaires sont les « Zafimaniry », les peuples de sculpteurs qui habitaient dans la forêt. Visitez l’un de ces villages Zafimaniry, comme Antoetra ou Ambohimitombo, est une expérience à ne pas rater lorsqu’on se retrouve au pays Betsileo.  

La légende d'Andrianampoinimerina

Une légende raconte qu'une partie du pays Betsileo a été conquis par Andrianampoinimerina, grâce à ... une tige d'argent. Le jeu se déroulait entre Andrianampoinimerina et un Roi Betsileo (nous ne pouvant cependant confirmer son identité), dont l'enjeu était le trône d'un royaume uni à partir des deux royaumes. Chacun ne voulant se déplacer, les négociations se faisaient surtout à l'aide d'émissaires et de messages. Il était alors convenu que ce trône reviendrait au plus grand des deux rois, et éviter ainsi de se faire la guerre et de verser du sang. Là encore, aucun des deux ne voulant se déplacer, les deux rois décidèrent de forger deux tiges d'argent correspondant chacun à leurs tailles. Lorsque les deux tiges furent confrontrées, il s'évéraient que le Roi Andrianampoinimerina était plus grand, et que le pays Betsileo serait annexé au royaume Merina, devenu plus tard le Royaume de Madagascar

Revue de Presse