La religion à Madagascar

On a accordé aux Malgaches le droit de choisir leur religion, un droit écrit clairement dans la constitution de la République de Madagascar. Le christianisme est la religion dominante avec environ 60% des Malgaches, malgré le fait qu’un très grand nombre de Malgaches marie très bien la foi chrétienne et la religion traditionnelle des Malgaches. L'Islam est aussi bien présente. Bien qu'il n'y ait aucun chiffre officiel, certains estiment que les adeptes de la religion musulmane peuvent atteindre facilement les 15% de la population de Madagascar. Il existe aussi d'autres religions à Madagascar, comme le bouddhaisme ou l'hindouisme, mais les adeptes ne représentent qu'une infime partie de la population. 

Eglise catholique de l'Immaculée Conception Andohalo

Eglise catholique de l'Immaculée Conception Andohalo

Le christianisme

Lorsqu’on parle de christianisme à Madagascar, on ne peut oublier le FFKM (Fikambanan’ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara) ou l’Union des Églises Chrétiennes de Madagascar créée le 20 janvier 1980, qui regroupe quatre grandes religions (cités selon le nombre d’adeptes) : L’Église catholique romaine, l’Église de Jésus Christ à Madagascar ou le FJMK, l’Église épiscopale malgache (anglicane) et l’Église luthérienne. Il existe aussi plusieurs nouvelles Églises réformées, dont certains arrivent à grossir le rang de leurs adeptes, qu'on appelle généralement des "sectes" à Madagascar, bien qu'ils ne le sont pas vraiment. 

Bien que plusieurs tentatives aient lieu depuis plusieurs siècles, les vraies missions significatives sur l'évangélisation de Madagascar ont été l'oeuvre des missionnaires de la London Missionary Society. C'est du temps de Radama I que le christianisme a pu avoir de vraies relations diplomatiques avec le tout nouveau Roi de Madagascar unifié. La première grande étape réussie des missionnaires de la London Missionary Society fut la bénédiction du Roi pour créer la langue latine malgache et traduire la Bible dans cette langue. La Reine Ranavalona II a été le premier souverain malgache à embrasser le christianisme et à ordonner que les Sampy royaux et familiaux soient brûlés. Durant cette période, le christianisme est presque devenu religion d'état, situation inchangée durant la colonisation.

like tweet plusone

En 1910, et surtout après la « Conférence Universelle des Mission » d’Edimbourg qui va atténuer la rivalité entre plusieurs missions, la branche protestante se divise en trois tendances principales : l’Église de Jésus Christ à Madagascar ou le FJKM (les reformés), l’Église épiscopale malgache (anglicane) et l’Église luthérienne. De son côté, depuis l'époque de la royauté, les missions catholiques se sont installé à Madagascar, mais ne parvenaient pas à avoir une vraie influence sur les souverains. Cependant, L’Église catholique sera l'auteur d'une grande percée auprès de la population. Elle formera plus tard, avec les trois branches des missions protestantes, le FFKM (Fikambanan’ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara)

Mosquée Ankorondrano

La mosquée d'Ankorondrano, l'une des plus importantes de la capitale

L'Islam

L’arrivée de l’Islam à Madagascar remonte aux environs du VIe et du VIIe siècle. L’Islam est ainsi entré à Madagascar bien avant le christianisme. Cependant, l'Islam n’a pas su s’imposer face à ce dernier. En effet, les royaumes proches des Arabes furent vaincus par le Roi Andrianampoinimerina et son fils Radama I, qui ont été épaulés par les Européens. Le christianisme régnait donc, ne laissant l’Islam se développer que timidement, dans quelques localités du Nord et du Sud-Est. 

Cependant, l’Islam a réussi à imposer certaines pratiques et certaines croyances aux Malgaches. L’un des plus importants est sans doute le système de famille patriarcal, si les Polynésiens, déclarés comme les ancêtres des Malgaches, ont un système de famille matriarcal. L'Islam a aussi été à l'origine du Sorabe, le premier alphabet malgache, très proche de la langue arabe. Notez aussi que la dynastie des Zafiraminia, connus pour être les ancêtres de la plupart des puissants royaumes malgaches, est originaire de La Mecque, et sont des musulmans. Le Roi Antakarana Tsimiaro a été le premier souverain à se convertir à l’Islam, lors de son exil sur Nosy Mitsio, chassé par les troupes Merina, où il s'est rapproché du Sultan de Zanzibar, devenu son allié. 

La religion traditionnelle malgache

La plupart pratiquent encore la religion traditionnelle malgache, une religion basée sur la foi en un Dieu unique qu’on nomme « Zanahary » ou « Andriamanitra », mais aussi sur la pratique du "Culte des ancêtres". La religion traditionnelle malgache s’exprime différemment selon les régions et surtout les groupes ethniques, mais le principe reste généralement le même partout à Madagascar. Cette religion traditionnelle monothéiste est arrivée à Madagascar avec les premiers malgaches, d'origine polynésienne. 

Sampy ou amulettes malgaches

Sampy ou Amulettes malgaches

Dans la religion traditionnelle malgache, les morts ne sont pas morts. Au contraire, ces derniers participent au monde des vivants, sont porteurs de certains pouvoirs et sont les gardiens de la vie sur terre. Le culte des ancêtres ne remettait pas en cause l’existence d’un Dieu unique. Seulement, celui-ci est trop grand et trop haut, et laisse le soin aux ancêtres de s’occuper de leurs propres lignées. Chaque ancêtre garde son individualité et ses attaches familiales, même de l'autre côté. L’« obligation » des vivants envers les ancêtres s’étend sur de multiples sujets, tels la prière, le retournement des morts et le soin accordé aux dépouilles des ancêtres même si ces derniers sont morts depuis des dizaines d’années, le respect de la terre ou des biens immeubles si ceux-ci sont votre héritage de ces ancêtres, le respect des traditions et des fady… Encore aujourd’hui, certaines coutumes, certaines croyances et certaines connaissances, même de la vie quotidienne des Malgaches ne s’expliquent que par ces simples mots « Izany no fomban-drazana » (C’est ainsi que faisaient ou que pensaient les ancêtres).

Dans cette religion traditionnelle malgache, il n’existe ni temple, ni lieu de culte. C’est le père de famille ou le plus âgé lors des rassemblements plus importants qui officient la prière. Il existe cependant des « Ombiasy » ou « Mpimlasy », qui sont les gardiens des traditions. Les Ombiasy détiennent les connaissances ancestrales et leur rôle dans la société malgache est d’apporter la chance, la fortune, la santé… à une personne ou à une famille. Mais ils sont aussi à la charge l’annulation des sortilèges ou des actes malfaisants des « Mpamosavy » ou d’autres sorciers qui ne marchent pas dans le droit chemin sur une personne, en usant de leurs pouvoirs de guérisons.

Revue de Presse