Protestantisme ou la religion protestante à Madagascar

FJKM Fiangonan'i Jesoa Kristy eto Madagasikara

FJKM Fiangonan'i Jesoa Kristy eto Madagasikara

La religion protestante ou les Églises réformées concerne un très grand nombre d’adeptes à Madagascar, surtout sur les hautes terres. A ces débuts, le mouvement protestant a été apporté par la LMS (la London Missionary Society), avec les Anglais. Ce n’est qu’après la colonisation que la branche protestante se divise en trois tendances principales : l’Église de Jésus Christ à Madagascar ou le FJKM (les reformés), l’Église épiscopale malgache (anglicane) et l’Église luthérienne. Actuellement, le protestantisme concerne surtout le FJKM (Fiangonan’i Jesos Kristy eto Madagasikara) ou Église de Jésus Christ à Madagascar. La FJKM a été fondée en 1968. Cependant, cette organisation ressemble plus à une association qu’à un ordre structuré, qui est à l’origine de certains conflits au niveau de plusieurs paroisses. Elle est surtout caractérisée par l’absence d’une structure internationale.

La FJKM regroupe actuellement plus de 5800 églises et plus de 800 autres établissements (écoles, établissements œuvrant dans le domaine médical…).

like tweet plusone

Histoire

Les premiers missionnaires ayant réellement entamé l’évangélisation de Madagascar ont été envoyés par la London Missionary Society. Ils se nomment David Jones et Thomas Bevan en 1818. Ces deux missionnaires ont obtenu les faveurs du Roi Radama I, et ont obtenu son accord et son appui pour la création de la langue latine malgache et la traduction de la Bible en langue malgache. Deux fils de Radama I ont même été envoyés à Londres pour étudier.  

Lors du règne de Ranavalona I (épouse et successeur de Radama I), le christianisme a été interdit. En effet, la Reine a estimé qu’à travers le christianisme, les Européens agrandissaient l’influence culturelle sur les Malgaches.

Radama II (fils et successeur de Ranavalona I), proclama la liberté religieuse en 1861, mais restait cependant très attaché à la religion traditionnelle malgache. Lors de son règne, les Européens et surtout les missionnaires ont pu revenir librement à Antananarivo, après avoir fui loin de la capitale pendant le règne de Ranavalona I. Son épouse et successeur Ranavalona II s’était même converti au christianisme, ayant été baptisé publiquement avec le Premier ministre Rainilaiarivony le 21 février 1869, et ayant fait construire la chapelle d’Anatirova. Cette dernière a même brûlé des « Sampy » ou idoles royales pour affirmer sa nouvelle foi au Dieu des chrétiens.

Durant la colonisation, le protestantisme restait très puissant lorsque Gallieni se tourne plus vers la Mission Protestante Française aux dépens de la mission catholique, ce qui aurait dû être plus naturel puisque la France est plus proche des catholiques à cette époque. Après l'indépendance, la branche protestante se divise en trois tendances principales : l’Église de Jésus Christ à Madagascar ou le FJKM, l’Église épiscopale malgache (anglicane) et l’Église luthérienne.

Eglise FJKM Ambatonakanga

Eglise FJKM Tranovato Ambatonakanga

Les différentes missions protestantes qui sont arrivées à Madagascar :

  • LMS (London Missionary Society), 1818
  • FFMA (Friends’ Foreign Mission Association), 1866
  • NMS (Norvegian Mission Society ), 1866
  • The Malagasy Native Missionary Society, 1873
  • MUNLCA (Mission of the United Norvegian  Lutheran Church of America), 1888
  • MLFCA (The Missions of the Lutheran Free Church of America), 1895
  • MPF (Mission Protestante Française) ou la SMEP (Société Evangélique de la Mission de Paris), 1897

 

 

Revue de Presse