Le Lac Anosy et le Monument aux morts

like tweet plusone

Le lac « Anosy » ou littéralement le « lac avec son îlot », est un petit lac situé au cœur de la ville d’Antananarivo. En effet, au centre du lac est situé un petit îlot où est situé le « Monument aux morts », érigé durant la colonisation et dédié à la commémoration des soldats malgaches enrôlés dans l’armée française, morts durant la Première Guerre (1914 – 1918). Encore de nos jours, tous les 11 Novembre a lieu une petite cérémonie de dépôts de gerbe de fleurs sur l’îlot de la Reine devant le monument aux morts.

Mais le lac Anosy est aussi caractérisé par les Jacaranda mimosifolia qui l’entoure, une espèce rare et menacée qui fleurit surtout en Octobre et qui pleurent d’un suc parfumé en Novembre. Le lac est aussi le domaine de chasse de certaines espèces d’oiseaux, dont la Grande aigrette Ardea Alba et le Héron garde-bœuf Bubulcus ibis

Le monument aux morts

Monuments aux morts

Le Monuments aux morts, sur l'îlot de la Reine du lac Anosy

Le monument aux morts du Lac Anosy est constitué d’un pylône portant l’inscription : « 1914-1918, Chemin des Dames » qui repose sur une base solide et bien plus large portant entre autres l’inscription « Aux soldats français et malgaches morts pour la France », surmonté d’un statut « de la Victoire » en bronze, qui n’a été installée qu’un 1933. C’est surtout ce dernier qui est le plus visible de loin. Les Malgaches l’appellent fréquemment « Anjely mainty » ou littéralement « Ange noir ». En effet, ce statut a la forme d’un ange avec une couronne, et très longtemps il était tout en noir, avant que l’ancien président Marc Ravalomanana, qui était alors Maire d’Antananarivo le colorie en gris-argent. En 2011, durant la période de transition, le même statut a été recoloré en « doré ».

Le monument aux morts est entouré de murs, ceux de la résidence royale qu’enfermaient ces lieux avant qu’elle ne soit complètement rasée pour laisser la place à ce monument, où on peut lire les noms des différentes provinces de Madagascar. La porte d’entrée fait face à la digue qui permet d’accéder à l’îlot. S’ensuit un escalier à double révolution qui mène à la grande place et devant le monument proprement dit. L'architecture générale du monument a été conçue à l'image des tombeaux malgaches. 

Histoire

Dans les temps anciens, toute cette partie Ouest de la ville d’Antananarivo n’a été constituée que d’un vaste marais (permanent ou temporaire), alimenté en eau régulièrement par le fleuve Ikopa et ses affluents. C’est durant la reine d’Andrianjaka que les premiers travaux de construction des digues pour contrôler le fleuve ont commencé, dans le but de favoriser l’agriculture (de riz notamment) pour nourrir la population grandissante sur les parties plus élevées de la capitale. En plusieurs années, le visage de la région se transformait peu à peu sur l’ensemble de la plaine du Betsimitatatra. Au même moment qu’Anosy, plusieurs lacs se formèrent, comme Mandroseza, Mahazoarivo, Soanierana… Pour Anosy uniquement, les documents anciens font mention d’un étang en contrebas d’Isoraka, le quartier situé sur les hauteurs du rivage Est du lac.

Anosy, résidence de la Reine

Le lac Anosy, dans les années 1880, avec le Pavillon d'été de la Reine

Et au milieu de l’étang, se trouvait un petit îlot, fortement apprécié par les souverains Malgaches, si bien que le Roi Radama attiré par la beauté des lieux, en ordonna les premiers travaux d’aménagement et installa le premier bâtiment qui servait de poudrière, et que la Reine Ranavalona I fit construire sur ce petit îlot sa résidence secondaire par James Cameron. L’ilot situé au milieu du lac Anosy était alors devenu « l’ilot de la Reine ». Certains documents anciens racontent que lorsque la Reine se retire dans sa résidence secondaire à Anosy, c’est une grande partie du personnel du palais, tous les officiers, les nobles voire les étrangers occupant des rôles différents auprès de l’Etat, qui devaient l’y accompagner. L’ilot de la Reine fut encore la résidence secondaire de plusieurs reines qui succédaient ) Ranavalona I, dont Rasoherina qui était l’une des plus assidues.

Au même moment, si la poudrière a été transférée à Mantasoa, un atelier de forge ne cessait de tourner sur l’île. Cependant, ceci n’était possible que si le lac est alimenté régulièrement en eau. Ranavalona I ordonna à James Cameron d’entreprendre les travaux visant à s’en assurer. Ce dernier a mis en place une grande roue hydraulique de trois mètres de diamètres au niveau de Soanierana (Ikopa) et un canal reliant les installations au lac.

Durant la colonisation,  les installations ont été utilisées à des fins militaires, notamment pour le stockage d’armes confisquées aux premiers nationaux qui tentaient de mener des actions pour la libération de Madagascar. Mais l’île servait aussi de lieux de représentations de chants et de danses folkloriques (de Vakodrazana) et de festivités en tout genre, qui se tenaient régulièrement tous les dimanches.

Après la Première Guerre, les Français cherchaient l’emplacement idéal pour ériger le monument aux morts, destiné à la commémoration des soldats malgaches enrôlés dans l’armée française tués et ont choisi l’ilot de la Reine. Certains historiens précisent que cet acte avait une autre motivation, celle d’enrayer du paysage de la ville ce symbole de la royauté malgache (la résidence secondaire de la Reine) qui peuvent éveiller des élans de patriotisme et autres sentiments pouvant les nuire. La destruction de la résidence royale et le début de la construction du monument aux morts ont commencé en 1924. Les travaux ont été confiés au sculpteur Charles Barberis et à l’architecte M. Perrin. Fait étrange : ce monument n’a jamais connu d’inauguration officielle, bien que des monuments équivalents dans d’autres provinces et villes de Madagascar, l’aient bien été.

Officiellement, un peu plus de 3000 Malgaches sont morts lors de la Grande guerre (la première). 

Anosy

Une vue élargie du lac Anosy avec les jacarandas en fleurs tout autour

Autour du lac Anosy

A l’Ouest du lac Anosy s’étend le quartier d’Ampefiloha avec plusieurs ministères et autres habitations. Au Sud se situe un grand immeuble de verre qui abrite le sénat, entouré de routes nationales RN7 qui sert le Sud et la RN43 qui sert l’Ouest de Madagascar. Au Sud-Est du lac est situé le quartier de Mahamasina et le plus grand complexe sportif communal. A l'Est, c’est le domaine d’une école privée, le Collège Saint-Michel d’Amparibe. Il est séparé du Palais d’Ambotsirohitra par la Rue qui mène au Centre-ville historique, Analakely en passant par le tunnel Garbit, qui a été creusé et construit entre 1914 et 1924. Et enfin, au Nord du lac se situe le quartier d’Isoraka, l’un des plus anciens de la capitale. 

Anosy sur Google Map

Revue de Presse